DCSIMG
Environnement Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Barre de menu commune

ARCHIVÉE

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Données

Centre canadien de la modélisation et de l'analyse climatique


Simulation CONTRÔLE 1001 ANS

Choisissez le type de données, puis cliquez sur le bouton Continuer.

Données disponibles via notre serveur web interactif
L'atmosphère:

Simulation effectuée à l'aide de la première version du modèle couplé climatique global (MCCG2), dans lequel on utilise la concentration standard de CO2. On trouvera des renseignements détaillés sur le modèle et une analyse de la simulation dans Flato et al. (2000).

Il existe des données sur 1001 ans. Le premier enregistrement correspond au mois 1 de 1850 et le dernier, au mois 12 de 2850 (voir aussi la Remarques).

Les données sont présentées sur une grille gaussienne de 97x48 (environ 3.75° de latitude x 3.75° de longitude). De plus, elles ont été interpolées à des grilles stéréographiques polaires de l'hémisphère sud et de l'hémisphère nord.

Il est à noter que les valeurs aux points de grille ne correspondent pas directement aux valeurs mesurées aux stations. Les modèles cherchent à représenter l'ensemble du système climatique à partir de principes de base à grande échelle. Pour représenter approximativement les processus de petite échelle, on fait appel à des «paramétrisations» physiques, car il serait trop coûteux d'intégrer des représentations détaillées de ces processus aux modèles actuels. Il faut donc user de prudence quand on compare les sorties des modèles climatiques aux données d'observation ou d'analyse à des échelles spatiales inférieures à la dimension de plusieurs cellules de grille (environ 1 000 à 1 500 km aux moyennes latitudes) ou quand on utilise ces sorties pour étudier les effets de la variabilité et du changement climatiques. Il convient de noter en outre que les estimations de la variabilité et du changement climatiques faites à partir de sorties de modèles sont sujettes à la variabilité d'échantillonnage, qui découle de la variabilité inhérente au système climatique observé et est généralement bien simulée par les modèles.

Remarques:

  • Des données sont ajoutées. (2 septembre 2004)

Références:

Flato, G.M., G.J. Boer, W.G. Lee, N.A. McFarlane, D. Ramsden, M.C. Reader, and A.J. Weaver, 2000: The Canadian Centre for Climate Modelling and Analysis Global Coupled Model and its Climate. Climate Dynamics, 16, 451-467 (Abstract).